Le Village de Toulouse

L’abbaye Sainte Marie du Désert est située à 35 km au nord-ouest de Toulouse. Les moines cisterciens-trappistes ont fondé l’abbaye il y a plus de 150 ans. La communauté vieillissante a transmis l'abbaye au Village de François qui s'y est installé le 4 octobre 2020.

Le projet du Village de François à Toulouse

Découvrez notre projet en téléchargeant notre plaquette et surtout venez nous rendre visite ! Bienvenue au Village de François.

À LA UNE

Nos partenaires

orienter une personne
à l'abbaye notre-dame du désert

Pour être accueilli au village de François, vous devez être orienté par l’une de nos association partenaire. Aujourd’hui, nous devons d’abord faire des travaux. Vous souhaitez être informé les premiers ? Vous souhaitez proposer une orientation a l’une de nos associations partenaire ? C’est par ici…

Histoire de l’abbaye Sainte Marie du Désert

Si l’on en croit une tradition orale bien ancrée, c’est à l’endroit de l’abbaye qu’en 1099, après avoir appris la mort de son père, à la croisade en Terre sainte, Marie Desclassan, une jeune fille noble des environs, choisit de se retirer pour y vouer sa vie à Dieu, dans la solitude et la prière.

Une chapelle fut construite en 1106. Aussitôt après la mort de l’ermite, qui survint le 8 septembre 1117, la population d’alentour se mit à honorer son tombeau. Cette chapelle deviendra le lieu d’un pèlerinage marial, fut détruite au moment de la Révolution et reconstruite en 1820 sous le vocable de Sainte Marie du Désert.

Quand donc les moines fondateurs, des cisterciens-trappistes arrivèrent d’Aiguebelle le 21 décembre 1852, pour y établir leur communauté, c’est tout naturellement qu’ils choisirent de placer leur nouveau monastère sous ce même vocable de « Sainte-Marie-du-Désert ». Non seulement ils se conformaient à un usage remontant aux origines de l’Ordre cistercien (XIIe s) selon lequel tout nouveau monastère de l’Ordre (comme chacun de ses membres) est placé sous la protection de la Vierge Marie. Mais en plus, ils manifestaient ainsi clairement leur désir d’honorer la mission qui leur avait été confiée : redonner vie à l’antique pèlerinage marial.

Histoire de l'Abbaye Sainte-Marie du Désert

La construction de l’abbaye, commencée en septembre 1850 va se poursuivre jusqu’en 1874, l’église étant presque terminée en 1867. La chapelle du pèlerinage détruite par un violent ouragan le 21 septembre 1881 sera reconstruite entre 1883 et 1889. Pour réaliser toutes ces constructions, une briqueterie fut construite et une carrière de pierre fut ouverte, à proximité de l’abbaye.

L’effort des moines a été d’élargir patiemment le domaine agricole et ils y sont parvenus grâce à des dons, mais plus encore par une tenace politique d’échanges et d’achats à la première occasion. 1850 : 22ha, 1876 : 73 ha, 1890 : 139 ha, 1939 : 150ha, 11975 : 183 ha répartie s sur 5 communes. Les moines ont adopté le meilleur matériel existant et au début du 20éme siècle il y avait même à l’abbaye un dépôt de machines agricoles pour la vente aux propriétaires.

Différentes activités en complément de l’agriculture ont été développées comme une industrie de liqueur qui durera jusqu’en 1887 ou une industrie d’outillage apicole. Sous la direction de Georges de Layens, le P. Christofeul fabriquera et commercialisera un enfumoir automatique appelé « De Layens » qui grâce à un mécanisme mu par un ressort d’horlogerie aura une demi-heure d’autonomie de marche.

Parmi les frères qui ont vécu à l’Abbaye sainte Marie du Désert, l’un d’eux occupe une place particulière : c’est le frère Marie-Joseph Cassant (1878-1903). Entré très jeune au monastère, à l’âge de 16 ans, il y mourut 9 ans plus tard, à l’âge de 25 ans. De santé fragile, très émotif et enclin à se sous-estimer, il s’est montré patient dans l’épreuve, persévérant dans la prière et joyeux dans l’espérance. Le pape Jean Paul II, l’a proclamé Bienheureux, le 3 octobre 2004.

Ses reliques sont conservées dans la crypte du monastère, spécialement réaménagée après la béatification.